L’Islande // Partie 9 : Le Landmannalaugar

carte landmannalaugarNous entamons maintenant le périple vers le Landmannalaugar.. Au centre du pays cette région est unique, impressionnante, imposante, majestueuse, exceptionnelle ! Vous vous retrouvez en plein milieu d’une nature disproportionnée. Je n’avais rien vu de tel auparavant, les couleurs et les nuances sont tellement nombreuses que ce n’est pas descriptible.

Nous devions faire le trek LandmannalaugarÞórsmörk, 55km en plus ou moins 4 jours. La météo et nos impératifs de dates en ont décidés autrement. Nous voilà avec le bolide sur la F225. C’était un peu étrange, le ciel était dégagé par endroit, et nous avancions entre les montagnes et les volcans. Une seule « route », oui, en fait piste, parce qu’il s’agit là de graviers.
Les quatre, bouches bées face au paysage. Ça va sans dire que l’on s’est arrêté un bon nombre de fois ! Puis nous arrivons devant le premier guet.. Nous avions appelé notre loueur la veille (atak), pour être sûr que nous pouvions emprunter cette route. Il faut savoir que les véhicules de location ne sont pas autoriser à circuler sur les F-roads, sauf s’il s’agit de 4×4.
Je reprends, petit face à face avec la rivière.. on essaie de voir là où il y a le moins de profondeur, nous voilà partie sur la gauche, hop, ni une ni deux, nous voilà de l’autre côté ! On applaudit, on rit, on roule, on croise un troupeau de chevaux, on est content ! Puis on s’aperçoit que l’on n’est pas du tout du bon coté de la rivière.. que la seule route qu’il y avait est de l’autre côté, et que nous aurions dû passer à droite et non à gauche.
On aime tellement les guets, que nous voilà partis dans l’autre sens, cette fois ci, tout schuss. Nous revoilà au point de départ, on examine le côté droit cette fois. Pendant nos minutes de réflexions nous nous faisons dépasser par un 4×4 qui lui n’hésite pas du tout ! Il faut dire que ses roues font la taille de notre bolide, ça aide ! Au moins, il nous a montré le chemin, nous suivons ses traces et parvenons de l’autre côté, du bon côté !

Landmannalaugar, Islande ©
Le ciel commence à se charger et l’atmosphère devient surréaliste. Nous croissons des randonneurs, des motos et quelques voitures. Nous approchons.
Nous voilà arrivés au Landmannalaugar… Nous garons le bolide sur le parking juste avant deux gros guets, aventuriers mais pas téméraires quand même !
Hop, sacs, tente, nourriture, réchauds, nous allons nous installer !
C’était, une fois de plus, sans compter sur la météo. Lorsque nous nous sommes rendus à l’accueil du refuge, on nous a déconseillé de planter la tente car un avis de tempête était lancé pour le soir même. Si nous voulions passer la nuit ici, nous devons payer 6500 ISK par personne et dormir au refuge.. Soit 40€ pour un matelas en plastique, posé sur une planche de bois au milieu de 40 personnes… Imaginez un lit de 20 personnes, bin voilà c’était ça ! Concertation, réflexion, nous décidons de prendre les lits, il pleut déjà et si les islandais prévoient une tempête, faut pas trop plaisanter à mon avis.
Nous allons donc installer nos duvets, et nous partons pour une randonnée au milieu des montagnes flamboyantes.

Landmannalaugar, Islande ©Landmannalaugar, Islande ©Je crois que les photos parlent d’elles-même. Les paysages étaient tout simplement fou !
Des couleurs insensées se mélangent les unes aux autres. Vous passez dans un champs de lave, puis vous circulez entre les fumerolles, vous grimpez une montagne qui ressemble à un tas de graviers, et vous arrivez au sommet… Vous êtes littéralement dans un nuage, et la vue se dégage peu à peu. Le vent vous balaye tout ce qu’il peut, mais vous avez quand même un sourire énorme collé au visage et des larmes aux coins des yeux. La beauté du paysage vous transporte…

Landmannalaugar, Islande ©Landmannalaugar, Islande ©Nous avons rejoint le refuge en fin d’après midi. Landmannalaugar veut dire littéralement « Les bains chauds des gens du pays », il porte bien son nom car après une journée de rando, quoi de plus agréable que d’aller se baigner dans une source d’eau chaude !
Nous passons un bon moment à se prélasser dans les bains, quelques jeux, une soupe chinoise et au lit !
Pour décrire le refuge, je ne peux que citer Madame oreille, qui elle et son Monsieur Oreille ont fait une partie du trek : « Le lieu est un capharnaüm perpétuel : jusqu’à minuit, les gens parlent, cuisinent et font du bruit. Entre minuit et 7h, les gens dorment, ronflent, pètent, et font du bruit. Après 7h, les gens se lèvent, préparent leurs sacs et font du bruit. »
Je rajouterai quand même pour la partie entre minuit et 7h que nous avions, en prime, un groupe qui venait de finir le trek, et qui bien que fatigué, été très motivé à célébrer ça ! S’ajoute à ça la tempête prévue et bien présente qui ne nous a pas aidé à dormir !
Je ne peux pas me plaindre, j’avais mes boules quies et mon masque pour les yeux donc ca n’a pas était si désastreux ! Mes potes ont par contre partagé leur paire de boule quies et se trouvaient juste à côté du plus gros ronfleur du dortoir.. Raté !

Il pleuvait violemment quand nous sommes repartis, certains regardaient les horaires des prochains bus.. Il n’y en avait pas avant 15h, et il n’était même pas 10h. Nous devions faire une autre rando, mais nous avons décidé de partir illico, il avait plu toute la nuit, nous ne savions pas dans quelle état était la route.
Le trajet vers la voiture était abominable ! Malgré le poncho (très élégant), la pluie entrait partout, mes lunettes étaient couverte de buée, je ne voyais qu’à peine où je marchais. Le vent était tellement violent parfois que j’ai manqué de tomber plusieurs fois, j’ai dû m’accroupir pour laisser passer les bourrasques ! Pendant ce temps là les secours escortaient les voitures qui, la veille, avaient passé les deux gros guets et qui se retrouvaient coincées.
La piste avait changé, plus on s’éloignait du Landmannalaugar plus le temps se calmait. Nous étions seuls au monde pendant quelques kilomètres. Nous appréhendions l’état de la rivière.. La route était inondée par endroit, de petits cailloux blancs la recouvraient parfois, ils n’étaient pas là hier eux, nous avons compris après..
Nous avons réussi à passer le guet comme des pros, le courant était assez fort, mais c’était plus impressionnant qu’autre chose.
Landmannalaugar, Islande ©Arrivés au croisement de la F225 et de la 26, j’ai voulu m’arrêter pour prendre une photo du panneau. Nous voilà donc tous les quatres dehors a prendre des photos, lorsque nous nous sommes retrouvés au coeur de la tempète.. Le vent s’est levé d’un coup, et nous a envoyé tous les petits graviers blancs dans la figure ! C’était difficile de se déplacer, et quasiment impossible d’ouvrir les yeux. C’était fou ! Ça n’a pas duré longtemps.. Mais l’une des fenêtres du bolide était resté ouverte… Mauvaise idée.. Si nous avions renversé un sac de litière dans la voiture, le résultat aurait été le même ! Landmannalaugar, Islande ©Landmannalaugar, Islande ©C’est une étape incontournable si vous allez en Islande ! C’est vraiment magnifique ! J’espère pouvoir y retourner un jour pour faire le trek et voir l’étendu des paysages entre le Landmannalaugar et Þórsmörk! Landmannalaugar, Islande ©Voilà pour les plus grandes étapes de notre voyage.. Ça a été trois très belles semaines à sillonner l’Islande.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s